Présentation

La Coopération Maritime

La Coopération Maritime est une association loi 1901 qui fédère l’essentiel du mouvement coopératif maritime français dont la mission est de soutenir et développer la pêche artisanale durable. Elle défend la pêche dans les structures où nous la représentons : France Agrimer ; France Filière Pêche ; le Comité National des Pêches Maritimes et des Élevages Marins ; le Crédit Maritime/BP ; le Cluster Maritime Français ; le Conseil Supérieur de la Coopération ; l’Institut de Développement de l’Economie Sociale ; Coop Fr. ; l’Institut Maritime de Prévention ; l’OCAPIAT et la CGPME.

Coopération Maritime Conseils et Service
La Coopération Maritime Conseil et Services, filiale à 100 % de la Coopération Maritime, prend des participations dans les structures estimées stratégiques pour le secteur :
Le gazole pêche : CMCS est coactionnaire depuis 2012, à hauteur de 49 % dans Ysblue, société de distribution de gazole à Douarnenez.
Le matériel de sécurité maritime : CMCS est également impliquée dans Ouest Sécurité Marine, espace européen dédié à l’entretien du matériel de sécurité maritime.
Coopératives et filiales
La Coopération Maritime regroupe quelque 150 structures coopératives ou filiales de coopératives, présentes sur tout le littoral :
des Coopératives d’Avitaillement avec leur centrale de référencement CECOMER ;
des Armements Coopératifs ;
des Organisations de Producteurs, fédérées pour l’essentiel au sein de la FEDOPA ;
des structures de gestion qui regroupent 1 000 navires au sein du CGPA ;
les Caisses Régionales du Crédit Maritime et leur Société Centrale ;
des Mutuelles et des Assurances Maritimes ;
des Cultures Marines.

Porteuse de projets

PECHPROPRE
PASAMER
SOIP
Pechpropre (2018)

Pechpropre avait pour objectif d’évaluer la faisabilité financière et technique de la mise en place d’une filière volontaire nationale pérenne de gestion des engins de pêche usagés.

PASAMER (2016)

« Palangre Automatique pour le Sabre et le Merlu » avait pour objectif d’adapter la palangre automatique à la capture du Sabre et du Merlu avec l’ambition de développer une technique plus sélective, moins énergivore, et potentiellement moins impactante sur les fonds marins.

SOIP (2015)

« Service d’Optimisation et d’Innovation à la Pêche » avait pour objectif d’optimiser les trains de pêche des navires pour consommer moins d’énergie (sans augmenter les capacités de pêche) à l’aide de capteurs et de simulations numériques.